• 01Mar2007

    Magazine Entreprises Midi-Pyrénées – par Jean Luc BENEDINI

    C’est à l’Ile de la Réunion sur la commune d’Entre Deux que Constructions Saint-Eloi vient de finir le montage en métallo-textile d’une couverture pour un groupe scolaire calculée pour résister aux conditions cycloniques. Aux printemps 2007, c’est le clos couvert de la nouvelle école de cirque toulousaine le Lido qui sera assemblé.Depuis une quinzaine d’années, cette entreprise columérine de charpente et métallerie fait partie des quelques dizaines de sociétés françaises du secteur à maîtriser le métallo-textile. « C’est une spécialité à part pour savoir assembler une toile en tissu avec du métal. Les méthodes de montages sont complexes, nous avons développé nous-même des systèmes spécifiques. La toile est stabilisée par la tension des câbles supportés par les poteaux qui subissent des efforts mécaniques supérieurs aux couvertures traditionnelles » mentionne Hervé Gauvrit, responsable technique de Constructions Saint-Eloi.
    Depuis le 1er chantier, un tipi pour la réalisation d’un kiosque en région parisienne au début des années quatre-vingt-dix, les ouvrages se sont multipliés ces dernières années notamment pour des couvertures métallo-textile dans les gares de Lourdes, Nîmes ou Saint-Martin du Touch. Sans sinistre depuis le départ de l’aventure, cette spécialité est aujourd’hui bien maîtrisée. Le métallo-textile reste toutefois relativement marginal (moins de 1% des charpentes en France) dans l’activité de Saint-Eloi partagée entre la métallerie (60%) et la charpente métallique.

    Depuis la création de la société en 1969, la conjoncture n’a jamais été aussi favorable avec une visibilité d’environ 6 mois portée par la croissance générale dans le bâtiment. Le chiffre d’affaires devrait en 2007 progresser d’environ 15% pour atteindre les 10 millions d’euros avec notamment quelques chantiers phares comme le Lido, le lycée de Gallieni, la Clinique Pasteur. Seul bémol, la difficulté pour trouver de la main d’oeuvre qualifiée. La fidélisation du personnel (48 salariés) et le développement des compétences vont de pair. Chaque année, l’entreprise forme 5 apprentis (avec le CFA du Bâtiment et les Compagnons) soit 10% de l’effectif.

     » Toutes les entreprises de nos métiers devraient réaliser un tel effort c’est obligatoire pour former nos jeunes. L’Education Nationale ne peut pas tout faire  » relève spontanément Michel Burtey, le pdg fondateur de Constructions Saint-Eloi partisan convaincu des formations en alternance.


Dernière mise à jour le 22 janvier 2018  |  Propulsé par Wordpress  | Exento Sarl ©2009-2015 

CONSTRUCTIONS SAINT-ELOI :: SAS AU CAPITAL DE 68 602 € :: RC B 349 224 584 :: APE 4399B